Mâle ou femelle ?

Mâle ou femelle ?

C’est une question qui revient très régulièrement lors de mes échanges avec de futurs adoptants. Je suis souvent confrontées à des idées reçues, c’est pourquoi j’ai tenu à « remettre » les choses à plat dans un petit article !

 

Existe il des différences de caractères entre le mâle et la femelle ?

Chez le whippet, il n’existe aucune différence de caractère liée au sexe. Je sais, vous avez lu quelque part que la femelle était plus douce, le mâle plus lunatique ou je ne sais quoi d’autre. Nous n’avons jamais constaté de différence propre au sexe. Nous avons vu autant de femelles dominantes que de mâles dominants. Autant de mâles que de femelles soumis. Autant de mâles que de femelles calmes ou au contraire joueurs et actifs. Et ainsi de suite.

Ce n’est pas le sexe qui détermine le caractère du chien, mais son patrimoine génétique (sa personnalité) et son vécu. C’est pourquoi lorsque nos chiots grandissent, nous les observons attentivement pour pouvoir vous conseiller sur le caractère du chiot qui vous intéresse. Les traits de caractères commencent à se voir à 5/6 semaines, et deviennent de plus en plus précis lorsque le chiot grandit. C’est pourquoi, plus le chiot est âgé, plus nous pourrons être précis …

Jiwan, notre mâle castré avec Nacre Dorée une de nos persanes.

Pour autant, il nous est déjà arrivé d’avoir des adoptants avec des besoins très spécifiques. Par exemple, une famille dont un des enfants avait très peur des chiens car il avait été mordu lorsqu’il était petit, nous avait demandé un chiot au caractère très doux et calme, peu turbulent. Sur la portée de 5 chiots (2 femelles et 3 mâles) sur laquelle ils souhaitaient adopter, seul un petit mâle rentrait vraiment dans ces critères pour son côté calme et doux. C’est ce chiot que nous leur avons conseillé, et ce fut un succès (ouf !) !

Nous avons de nombreux exemples comme cela, où nous avons avant tout privilégié la personnalité du chiot, sans prêter attention à son sexe, pour conseiller au mieux nos adoptants et nous n’avons jamais été déçus de cette approche.

 

Le mâle s’entend-t-il bien avec les autres chiens ?

Le whippet est une race très sociable, les mâles cohabitent très facilement avec les autres mâles. Pour autant, au sein de la race, il existe des différences entre individus qui font que certains chiens seront un peu plus dominants et pourront donc s’entendre moins facilement avec les autres chiens. Mais nous avons vu autant de femelles dominantes (et ce sont souvent les pires !) que de mâles.

Sur cette photo, 3 des 5 chiens sont des mâles (dont 1 castré et 2 entiers) !

Les femelles dominantes commencent souvent à exprimer leur caractère lors de la maturité sexuelle … tout comme les mâles. La stérilisation aide à atténuer ce phénomène. En revanche, le fait de faire reproduire la femelle ou saillir le mâle renforce fortement le caractère dominant ! Et oui, même si beaucoup de personnes sont avertis qu’un mâle qui saillit deviendra souvent plus dominant, peu ont conscience qu’une femelle qui a une portée deviendra aussi plus dominante !

Si vous souhaitez donc un chien très sociable, le whippet est bien fait pour vous, car c’est globalement une race très sociable. Nous vous conseillerons de vous renseigner sur le caractère de la lignée qui vous intéresse. Il sera également important de ne pas faire reproduire votre chien, que ce soit un mâle ou une femelle. Mais là encore, ce n’est absolument pas le sexe du chien qui déterminera son côté sociable avec les autres chiens.

 

La stérilisation du mâle et de la femelle :

C’est souvent la question qui « fâche » ! S’il est couramment admis qu’une femelle doit être stérilisée, il n’en est pas de même pour les mâles !

 

Chez la femelle :

La stérilisation de la femelle la protège contre de nombreuses maladies douloureuses et potentiellement mortelles. La stérilisation diminue énormément de risque de tumeurs mammaires chez la chienne. Réalisée avant les premières chaleurs, elle diminuerait le risque de 95% !!! Plus la chienne a de chaleurs, et moins la stérilisation sera efficace dans la prévention des tumeurs mammaires (risque diminué de 70% entre les premières et les deuxièmes chaleurs, 25% entre les 2ème et les 3ème, puis plus de bénéfice).

La stérilisation de la femelle annule totalement le risque de pyomètre : le pyomètre est une infection de l’utérus fréquente chez la chienne vieillissante, très douloureuse, qui entraîne rapidement une septicémie. C’est une urgence médicale qui nécessite une stérilisation en urgence, mais avec un risque anesthésique accru puisque l’animal est souvent âgé et affaiblit par la maladie !

On recommande de plus en plus d’attendre que les premières chaleurs soient passées pour faire stériliser la chienne. En effet, dans environ 5% des cas, la stérilisation peut entraîner une incontinence urinaire chez la femelle. Cette incontinence se traite bien, mais avec un médicament à donner à vie ! L’incontinence urinaire est principalement due à une immaturité du sphincter urinaire : le sphincter termine de se former avec la montée d’hormones qui a lieu lors des premières chaleurs. Ainsi l’incontinence urinaire est beaucoup plus rare chez les femelles qui ont déjà eu une fois leurs chaleurs.

D’autre part, certaines chiennes ont une conformation vulvaire qui n’est pas optimale, on parle de « vulve encapuchonnée ». C’est une « malformation » de la vulve que l’on rencontre assez fréquemment dans certaines lignées de whippets. Dans la majorité des cas, la vulve retrouve un aspect normal après les premières chaleurs. Cela évite que la chienne ne développe des vaginites liées à la mauvaise conformation vulvaire qui favorise la macération et le développement des germes. Normalement, aucun vétérinaire ne stérilise une femelle ayant une vulve encapuchonnée avant ses premières chaleurs, à cause du risque que la chienne souffre ensuite à vie de vaginites récurrentes.

Dans tous les cas, il ne faut pas stériliser un chien avant la fin de sa croissance (8-10 mois chez le whippet), car cela augmente le risque de pathologie ostéo articulaire à l’âge adulte.

La stérilisation d’une chienne coûte entre 300 et 400 euros, si l’on considère une fourchette large.

 

Chez le mâle :

Une réaction typiquement masculine lorsque l’on évoque la castration du chien est « ho non, je ne peux pas lui faire ça, le pauvre …. et puis ça fait mal ! ». Parce qu’à votre avis la stérilisation de la femelle est totalement indolore ?!

La castration du chien est une opération beaucoup plus rapide et moins invasive que la stérilisation d’une femelle. C’est aussi, il faut l’avouer, moins douloureux pour le chien, même si le vétérinaire mettra tout en oeuvre pour gérer la douleur post opératoire que ce soit pour un mâle ou une femelle.

Les idées reçues sont tenaces : le mâle n’a pas besoin de saillir pour se sentir bien. Ces idées correspondent simplement à de l’anthropomorphisme « mal placé ».

Il est conseillé de stériliser le chien mâle pour éviter qu’il ne développe des problèmes prostatiques en vieillissant. Chez le chien, les prostatites sont assez fréquentes et peuvent aller de la simple inflammation (inconfort voire douleur au niveau de la prostate et troubles urinaires) jusqu’à l’infection voire l’abcès prostatique. Dans certain cas, la douleur est telle qu’elle entraîne un état de choc et une hospitalisation. L’infection peut dégénérer en septicémie. Elle peut aussi se délocaliser jusqu’aux disques vertébraux et entraîner une discospondylite qui est une infection des disques vertébraux pouvant conduire à une paralysie.

S’il existe des traitements médicamenteux pour les troubles prostatiques, le seul vrai traitement, qui est aussi le traitement le plus efficace, est la stérilisation. La stérilisation sera en général le premier traitement proposé par le vétérinaire et si le propriétaire refuse, souvent à cause d’un anthropomorphisme « mal placé », d’autres traitements moins efficaces seront envisagés.

Il n’y a donc pas de comparaison possible entre l’Homme et le chien concernant le fait de rester « entier ». La stérilisation du mâle permet de le protéger contre des pathologies graves et très douloureuses.

Un mâle stérilisé tôt, un peu avant l’âge d’un an, aura très peu de chances de « lever la patte ». C’est a dire qu’il urinera « comme une femelle ». En effet, le fait de lever la patte est un comportement sexuel chez le chien, cela permet au mâle d’indiquer à d’autres mâles qu’il s’approprie les femelles présentes sur son territoire. Si le mâle est stérilisé avant la puberté, donc avant qu’il ne « s’intéresse aux filles », il ne prendra pas l’habitude de marquer son territoire !

Chez le whippet, contrairement à d’autres races, il est très très rare qu’un mâle lève la patte dans la maison. Cela n’arrive qu’avec certains mâles s’il y a des femelles en chaleurs à proximité, et souvent chez des mâles qui ont déjà saillis. Mais par contre, beaucoup de mâles adultes non castrés lèveront la patte lorsqu’ils sont en balade dehors. Jusqu’ici, tous mes adoptants soucieux d’avoir un mâle qui ne lève pas la patte et qui ont suivi mon conseil de faire stériliser leur chien tôt, n’ont pas eu de problème de marquage urinaire avec leur chien.

La stérilisation du mâle coûte un peu moins de 200 euros en général.

 

Faut il faire reproduire son chien ?

C’est une vieille idée reçue, encore véhiculée par certains vétérinaires malheureusement. Et pourtant, la reproduction d’un chien peut avoir de multiples conséquences dont peu de particuliers ont conscience !

Que le chien soit un mâle ou une femelle, la reproduction changera son caractère. C’est, à mes yeux, une chose importante à considérer pour un chien de compagnie. Mâle ou femelle pourront devenir plus dominants voire franchement bagarreurs s’ils reproduisent. En effet, cela les positionne en tant que « chef de meute » et si le chien avait déjà une personnalité un peu dominante, la reproduction accentuera beaucoup ce trait de caractère. Il est donc important de se demander, avant de se lancer dans la reproduction, si l’on est prêt à assumer le fait que les interactions avec les autres chiens deviendront peut être beaucoup plus difficiles.

Chez le mâle :

Lorsqu’un mâle saillit pour la première fois, tout un nouveau monde s’offre à lui ! Il comprends enfin ce que signifie l’odeur d’une femelle en chaleurs. Certains mâles deviendront vraiment insupportables s’ils sentent une femelle en chaleurs dans les environs. Ils seront déjà très agités, et ça c’est vrai pour 99% des mâles qui deviennent très nerveux. Le mâle pourra se mettre à « lever la patte » (uriner) dans la maison. Il pourra japper voire hurler plus ou moins toute la journée, ou du moins lorsqu’il sait que la femelle n’est pas très loin (si c’est la femelle de votre voisin, cela peut vite devenir très très embêtant !).  Beaucoup de mâles maigrissent durant les chaleurs des femelles parce qu’ils sont tellement frustrés de ne pas pouvoir saillir qu’ils en arrêtent de manger. Certains mâles deviennent aussi destructeurs (ils s’attaquent à la porte les séparant de la femelle par exemple).

En tant qu’éleveuse, j’accepte et je tolère ces comportements, aussi agaçants soient ils, parce que le cela fait partie de mon métier et que mes box me permettent de limiter beaucoup ces comportements inappropriés. Mais avoir un mâle dans cet état dans un appartement est, à mon sens, impensable !

Chez la femelle :

Chez la femelle, les considérations sont autres. Il faut déjà avoir conscience que toute mise bas peut se solder par la mort de la femelle et/ou des chiots. La mort d’une femelle reproductrice lors de la mise bas arrive au moins une fois dans la carrière d’un éleveur. Cela nous est arrivé avec une de nos femelles persans, malgré le fait que je sois vétérinaire et très attentionnée vis à vis de mes animaux. Malgré toute notre attention et notre bonne volonté, il y a des situations que nous ne pouvons pas maîtriser. Etes vous déjà prêts à accepter ce risque ? Si cela vous arrive, comment réagirez vous ?

En dehors de la problématique du changement de comportement chez la femelle, l’autre problématique, à mon sens, est l’élevage de la portée et le placement des chiots. Une portée de chiots est calme jusqu’à l’âge de 5/6 semaines environs. Ensuite, les chiots font leurs besoins partout s’ils n’ont pas accès en permanence à l’extérieur (via une trappe dans le mur par exemple). Et dès 6/7 semaines, les chiots jappent dès qu’ils sont remis dans le parc pour en ressortir. Avoir une portée de chiots dans le salon peut parfois être … très bruyant ! Sans compter la problématique du placement : selon la saison, selon votre habilité à faire des photos, renseigner les clients, passer des annonces etc … le placement se fera plus ou moins facilement. Il n’est pas rare de voir des particuliers avec des chiots de 5 ou 6 mois non placés. Là encore, on ne s’improvise pas éleveur, c’est un métier 🙂  !

Élever c’est sélectionner !

Pour moi, il reste aussi une considération qui me tient à cœur. A mes yeux, élever c’est sélectionner, ce n’est pas juste mettre un mâle et une femelle ensemble et gagatiser devant des bébés. Le fait de reproduire un chien sans prendre du recul sur ses qualités et défauts, sans chercher à faire un mariage qui donnera des chiots sains, peut nuire fortement à la race. Il faut penser aux personnes qui vous adopteront un chiot, et qui se retrouveront peut être avec un chiot très mal construit (avec des problèmes de dos car dos bossu par exemple), avec un mauvais caractère (peureux) car le mariage aura fait ressortir des gènes à éviter etc …. Les éleveurs connaissent leurs lignées, ils ont du recul sur les pedigree. même si la reproduction n’est pas une science exacte, ils savent que certains mariages seront catastrophiques car les ancêtres des 2 prétendants présentaient les mêmes défauts qui auront de grande chance de ressortir. Tout cela, même avec la meilleure volonté du monde, vous ne pourrez pas en être informés.

Avec la nouvelle réglementation en rigueur, vous avez le droit de réaliser une seule portée de chiens LOF par an, au delà vous devrez créer une entreprise (SIRET) et passer un certificat de capacité pour élever. Avec cette même réglementation, il est désormais interdit aux particuliers de vendre des chiots non LOF (vous pouvez les donner, mais pas les vendre).

Est ce que le fait de saillir ou faire une portée comble un besoin chez un chien ?

NON !!!! Et j’insiste là dessus. Une chienne n’a pas besoin de reproduire pour être bien, car elle n’a pas conscience qu’elle pourrait avoir des bébés. Lorsqu’une chienne voit un chiot qui n’est pas le sien, si elle n’a jamais eu de bébé, elle n’éprouvera aucun sentiment maternel envers lui. Certaines chiennes qui n’ont pas reproduits peuvent même se montrer brutales voire agressives avec des chiots trop turbulents. Donc une chienne ne sera pas triste si elle n’a jamais eu de chiots : c’est un sentiment proprement humain de « regretter de ne pas avoir eu d’enfant », les chiens n’ont pas la construction mentale leur permettant d’éprouver les même sentiments.

Concernant le mâle, encore une fois, il ne faut pas faire de l’anthropomorphisme. Un mâle castré ne ressentira aucune frustration car il n’aura jamais éprouvé aucun besoin sexuel. Par contre, pour moi, il est cruel de garder un mâle entier à proximité de femelles régulièrement en chaleurs, sans jamais l’autoriser à saillir. C’est une frustration immense pour lui, il est préférable de le castrer pour sa tranquillité d’esprit et son bien être ! Donc si vous voulez éviter à vous et votre mâle tous les désagréments d’une frustration sexuelle liée à la proximité d’une femelle en chaleurs, mieux vaut le castrer tôt et profiter de sa qualité de chien de compagnie !

Comments are closed